croche
« Estelle Revaz est une musicienne sincère et profonde dotée d’une grande curiosité musicale. »
Gautier Capuçon

« Estelle Revaz, une artiste éclairée, vivante et engagée.
A découvrir sans délai! »
Laurent Graulus, RTBF

Estelle Revaz joue dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. Elle est l'invitée de festivals tels que le Gstaad Menuhin Festival, le Verbier Festival, le Sion Festival, le Festival International de Colmar ou le Festival Pablo Casals avec des partenaires musicaux tels que Gautier Capuçon, Pierre Génisson, Ralph Manno, Finghin Collins, Anais Crestin, Christian Chamorel, Gaspard Dehaene, François Dumont, François Killian, Cédric Pescia, Alexandra Conunova, Raphaëlle Moreau, Tai Murray, Lena Neudauer, Sergey Ostrovsky ou le Quatuor Sine Nomine pour ne citer qu’eux. 

Son répertoire avec orchestre va des concertos de C.P.E. Bach aux concertos de Gulda ou Ligeti. A partir de la saison 2017-2018 et pour une durée de 3 ans, Estelle Revaz est «Artiste en résidence» à L’Orchestre de Chambre de Genève sous la direction d’Arie van Beek. Entre autres projets, citons l’enregistrement d’un album autour des concertos de Frank Martin et d’une création de Xavier Dayer. 

La critique a accueilli avec enthousiasme son premier disque « CANTIQUE » (NEOS 2015), où elle est la soliste des concertos d’Ernest Bloch (Schelomo) et de Andreas Pflüger (Pitture-Création). Le Temps souligne « un disque grave, incisif et exigeant où l’orchestre et la soliste jouent avec finesse et intelligence ». Son disque pour violoncelle seul « Bach & Friends » (Solo Musica/Sony 2017) a également été accueilli avec ferveur par la presse spécialisée. Pizzicato écrit : « le son est d’une parfaite pureté, les phrasés sont extrêmement clairs et les dynamiques sont exceptionnellement raffinées. » alors que Musik und Theater parle d’ «un des meilleurs concepts violoncellistiques du moment ». Son disque en duo avec le pianiste François Killian intitulé Fugato autour des sonates de Beethoven, Brahms et Strauss paraitra en mars 2019 chez Solo Musica/Sony.  

Estelle Revaz s’est produite sur les ondes de Radio France, de la RTBF, de la Deutschlandfunk, de la WDR3 ainsi que sur les ondes de la Radio Télévision Suisse. Elle a également été plusieurs fois l’invitée du Journal Télévisé de la RTS et a fait l’objet dans ce cadre d’un reportage en compagnie de Gautier Capuçon. Plus récemment, elle a coproduit une série radiophonique de 5 épisodes intitulée « Estelle et le violoncelle » diffusée sur Espace 2/RTS.

Après des débuts en Suisse, elle s’est formée en France au CRR de Boulogne-Billancourt (Xavier Gagnepain), au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris (Jérôme Pernoo) ainsi qu’en Allemagne à la Hochschule für Musik und Tanz Köln (Maria Kliegel). Elle a ainsi obtenu avec le plus hautes distinctions un Master de Soliste, un Master d'Interprétation en musique contemporaine ainsi qu'un Master en pédagogie instrumentale.  

Estelle Revaz est lauréate de plusieurs fondations ou institutions qui la soutiennent dans son parcours tant par des bourses que par l’organisation de concerts. Citons la Ville de Genève, l’Etat du Valais, le Fonds Français Instrumental, ou encore les fondations Leenaards, Little Dreams, Dénéréaz, Kremer, Thiébaud-Frey et Patiño. En 2014, elle était sélectionnée pour l’Académie du Verbier Festival et a reçu dans ce cadre le « Prix Rotary ».

Depuis 2015, Estelle Revaz est membre du « Forum des 100 » qui regroupe les personnalités qui font l’avenir de la Suisse.

Depuis 2017, Estelle Revaz est professeur de violoncelle et de musique de chambre à la Haute Ecole de Musique Kalaidos à Zürich (CH). Elle donne aussi régulièrement et avec enthousiasme des masterclasses/workshops en Europe, en Asie et en Amérique du Sud. Elle a récemment fait un travail de recherche sur "le développement de l’identité artistique dans l'enseignement instrumental supérieur" qui paraitra en mars 2019 chez l'Harmattan (collection sciences de l'éducation musicale).

Estelle Revaz joue actuellement un violoncelle G. Grancino (1679) et un archet J. Eury (1825) mis à sa disposition par de généreux mécènes suisses.